Cela fait quelques années que les propriétés antioxydantes et anticancéreuses du moringa intéressent la communauté scientifique et médicale. De précédents travaux menés notamment en 2009, 2012, 2013 et 2014 permettaient déjà d’établir la cytotoxicité (pouvoir d’altération cellulaire) du moringa sur les tumeurs cancéreuses et son pouvoir inhibitif sur leur prolifération. La récente étude dont il est question précise davantage les mécanismes de cette action et pose ainsi les bases d’un potentiel traitement ciblé où le moringa viendrait booster l’impact de la radiothérapie. Une approche inédite pour venir à bout de la radiorésistance des cancers pancréatiques. 

Les limites de la radiothérapie

La radiothérapie est un des principaux traitements du cancer à l’heure actuelle. Elle est réputée efficace mais néanmoins nocive car, bien qu’ils agissent de manière ciblée sur la zone de la tumeur, les rayonnements ionisants détruisent également les tissus sains autour. Ils désagrègent le noyau des cellules, provoquant ainsi leur mort retardée. Certes, contrairement à la tumeur, les cellules saines peuvent se régénérer entre les séances de radiothérapie mais, si l’exposition du patient aux radiations est trop intensive, des séquelles irréversibles peuvent survenir à terme. Dans tous les cas, c’est un traitement éprouvant en raison de ses multiples effets secondaires (apathie, fatigue, infertilité, nausées, perte d’appétit, chute de cheveux, lésions cutanées…). 

En outre, pour optimiser le protocole de soins anti-cancer, la radiothérapie peut être associée à la chirurgie (une autre méthode locorégionale) ou à des procédés systémiques (c’est-à-dire ayant un impact sur l’ensemble de l’organisme) parfois invasifs tels que la chimiothérapie. 

Problème : en plus d’être extrêmement agressives, les tumeurs cancéreuses pancréatiques sont hautement chimio et radio résistantes. D’où la nécessité de trouver de nouveaux traitements pour améliorer les résultats de la radiothérapie.

L’apport déterminant du moringa

L’objet de l’étude qui nous concerne était justement de tester les performances du moringa en tant qu’actif susceptible à la fois de minimiser le phénomène de résistance aux radiations, de diminuer la toxicité du traitement et d’en renforcer l’efficacité. 

Une partie de l’étude portait sur des tests in vitro qui ont démontré que le moringa amoindrit significativement le taux de survie des cellules cancéreuses pancréatiques exposées aux radiations et ralentit leur activité métastatique (donc leur prolifération). 

Quant aux essais cliniques in vivo, ils ont été effectués sur des souris de laboratoire réparties en quatre groupes : un groupe non traité, et trois groupes traités avec des dosages graduels de moringa. On constate alors que les tumeurs des souris ayant reçu le dosage de moringa le plus élevé ont grossi deux fois moins grossi au cours de l’étude, que celles du groupe non traité. 

En conclusion à ces travaux, les chercheurs envisagent pour la première fois la combinaison moringa+radiothérapie comme nouvelle stratégie pour traiter plus efficacement le cancer du pancréas.

Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.